Partagez | 
 

 Show me how you burlesque [Stan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Tatyana Vadislova

Statut : Fiancée, à Stan'.
Profession : Responsable d'une filiale russe de l'entreprise familiale, spécialisée dans le transport.
Origines : Russie / Russe, pure souche.
Messages : 44
Voir le profil de l'utilisateur http://mobrussia.forumactif.org/f77-journal-de-vos-liens http://mobrussia.forumactif.org/f78-journal-de-vos-rps http://mobrussia.forumactif.org/f83-communications
MessageSujet: Show me how you burlesque [Stan]   Sam 26 Nov - 23:33
Les coupes de champagnes s’entrechoquaient en un doux tintement de verre, accompagnées de quelques rires ou messes basses de leurs propriétaires respectifs. Certaines coupes seront les témoins de complots industriels, d’autres seront les complices de crimes futures et d’autres rougiront entre les mains d’amants enflammés et insatiables. La coupe que la jeune Vadislova tenait entre ses mains ne savait nullement à quoi elle aurait droit.

Tatyana était en tête d’une entreprise nationale spécialisée dans le transport, filiale de la multinationale à son père. Elle pourrait aisément se faufiler du haut de ses talons aiguilles vernis entre les multiples invités pour réfléchir à divers plans d’investissements ou partenariats. Cependant, elle ne désirait pas engager une conversation d’affaires dans ce musée. Le lieu l’ennuyait déjà bien assez, elle n’était guère volontaire à s’enfoncer davantage.

Une seconde idée germa pendant qu'Elle jouait avec la grande boule de cristal qui lui servait de collier qui soulignait par son brillant, et sa finesse, les doux contours de sa plantureuse poitrine. Elle pourrait séduire un amant avec son outrageant décolleté, se glisser dans une des pièces de ce lieu afin que la main de ce dernier se perde dans sa longue chevelure rousse lâchée, et que son rouge à lèvre d’un rouge vif marque le col ou la joue de ce dernier. L’idée la séduisait davantage mais elle réfrénait cette pensée lubrique. On racontait que son cher fiancé allait être invité, et ce serait terriblement indécent. Certes, ni l’un ni l’autre ne voulait d’une telle alliance et chacun avait ses vies, mais elle appréciait un certain respect de la réputation. Et avoir la réputation d’avoir une corne de cocue dans un même lieu ne lui plaisait guère.

« D’ailleurs, où es-tu cher Stan ? »
se demanda-t-elle en passant encore du regard la pièce. Elle ne voyait nullement son charismatique « fiancé ». Soupirant, elle se replongea dans l’étude d’une œuvre du Moyen-âge, représentant une scène paysanne grotesque perdue dans les fin-fonds du froid de Sibérie. Elle pourrait s’apitoyer, ou alors admirer la technique, mais ce n’était ni l’un ni l’autre. Elle se fichait d’une scène passée qui serait difficilement une réalité au vu de la technologie d’aujourd’hui. Enfin, elle n’était guère une artiste. Elle était une femme d’affaires, une coursière, une petite fêtarde enfiévrée … pas une âme mélancolique en mal de paysages, de froids, et de pauvreté.

- Bonsoir, l’interpella un jeune homme.

La Rousse lança un regard critique de la tête au pied. Elle reconnut là un des enfants d’un de ses concurrents. Et de souvenir, les rumeurs allaient bon train sur son caractère de coureur de jupon, et d’incompétent notoire à la poursuite de l’emploi de son père. Ajoutons à cela qu’il ne remplissait nullement les standards de « l’amant acceptable » - un minimum, en termes de palier –. Dès lors, il n’était ni une personne à qui elle pourrait arracher des informations importantes, ni une personne qu’elle attirera dans son lit. Une personne inintéressante, en somme.

- Tenez-moi ce verre
, ordonna-t-elle.

Il prit la dite coupe vide, sans comprendre. Et elle s’éloigna. Ainsi donc s’arrêta l’aventure de la dite coupe : assistant à la démonstration de l’arrogance de la Rousse vis-à-vis d’un prétendant. Il semblerait que la partie intéressante de son histoire allait être relaté au travers d’un autre verre, celle qu’elle allait « exiger » auprès d’un homme bien bâti, et des plus séduisants.

- Mon fiancé s’est fait attendre, le taquina-t-elle. Tu ne peux te faire pardonner qu’à une condition : apporte-moi donc un verre.

Qui sait, une nouvelle coupe allait être le témoin de cette conversation. Ou alors, allait-ce être les autres coupes voisines, propriétés d’hommes et femmes un brin trop curieux.

Revenir en haut Aller en bas
 

Show me how you burlesque [Stan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le SBC Show 2010 n'est plus.. vive le SBC Show 2011 !!!!!
» Le trail , exemple video world show 2007
» SHOW SHOW PERDU
» Central Betta Show 2010 !
» [Salon] Monaco AV Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's gate :: 
Moscow
 :: District central :: Galerie Tretiakov
-